Страница:L. N. Tolstoy. All in 90 volumes. Volume 24.pdf/944

Материал из Викитеки — свободной библиотеки
Перейти к навигации Перейти к поиску
Эта страница не была вычитана


La prière ne peut pas se faire que dans le secret de notre coeur et ne peut consister que dans la soummission à la volonté du Père. Or Sa volonté est le bien de tous les hommes. Par conséquent le premier acte de la prière e[s]t le pardon et l’oubli de mal que nous imputons à nos frères. En priant notre [Père] de nous sauver du mal nous devons commencer par le chasser de notre coeur. Matt. VI, 7—15.

Le jeûne réglementaire est de même une hypocrisie car on s’y conforme pour l’approbation des hommes, or agir pou[r] l’ap[p]robation des hommes et non pour remplir la volonté du Père est un mal. Si tu jeûnes pour remplir la volonté du Père, prive toi aussi des louanges des hommes. Matt. VI, 1618.

Heureux ne sont pas les riches et les glorieux, mais les pauvres et les humbles. Celui qui suivra ces 5 commandements n’aura pas les trésors de la terre, mais il possédera le trésor de la vie heureuse et véritable. Le trésor qu’il possédera ne sera pas sujet à la perdition comme les trésors de la terre, mais son trésor ne pourra lui être ôté. Mais il faut bien faire le choix du trésor qu’on convoite. Si l’idée qu’on se fait du bien de la vie est fausse, que sera ce bien quand on l’acquerra? Il est indispensable de faire bien son choix. On ne [peut] pas poursuivre deux but[s] à la opposés l’un à l’autre comme on ne peut pas servir deux maîtres. Matt. VI, 1925. Que celui qui parmi les deux a choisi le vrai trésorcelui de la vie véritable dans l’accomplissement de la volonté du Père, ne dit pas comme disent les hommes: que deviendrons nous, que mangerons nous, de quoi nous vêtirons nous, si nous accomplissons les 5 commandements, si nous n’amassons pas des bien[s] et si nous rendons aux autres le fruit de notre travail? Ne le dites pas et ne vous souciez pas de ce que v[ou]s mangerez et boirez et de quoi v[ou]s v[ou]s vêtirez. Votre Père v[ou]s a donné plus que la nourriture et les vêtemen[t]s, il v[ou]s a donné la vie. Comment ne v[ou]s donnerait il pas ce qu’il v[ou]s faut pour la soutenir? Voyez les fleurs et les oiseaux de champs, ils n’amassent pas, mais ils vivent.

Comment ne vivriez v[ou]s pas en vous fiant à la volonté du Père? Votre Père sait ce dont v[ou]s ⟨avez besoin⟩. Et puis même si v[ou]s faisiez tout votre possible pour soutenir votre vie, v[ou]s savez qu’il vous est impossible de prolonger votre existence ne fut ce que d’un jour. Le Père connaît les besoins de ses enfan[t]s et y pourvoit. Matt. VI, 25—32.

944