Страница:L. N. Tolstoy. All in 90 volumes. Volume 24.pdf/951

Материал из Викитеки — свободной библиотеки
Перейти к навигации Перейти к поиску
Эта страница не была вычитана


Et J[ésus] leur dit: Je m’attends à ce que mon enseignement détruit le mal, mai[s] ne v[ou]s réjouissez pas de votre pouvoir sur le mal; réjouissez v[ou]s de ce que v[ou]s mêmes v[ou]s remplissez la volonté du Père. Luc. X, 20.

Et Jésus tomba en extase et dit: Je te loue, oh. Père, seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as voulu que les choses se découvrent non seulement aux intelligents et aux savants mais qu’ elles se révèlent surtout aux simples. Je conçois que c’est ainsi que tu l’as voulu. Luc. X, 21.

Toutes choses ont été révélées à l’esprit de l’homme. Et ce n’est que l’esprit de l’homme qui conçoit l’infini et l’absolu. Et l’infini et l’absolu n’est que l’esprit de l’homme. Et, se tournant vers ses disciples, il leur dit: Vous êtes heureux de vivre dans notre tem[p]s et de concevoir la vrai[e] doctrine épurée de toute superstition. Plusieurs prophètes on voulu l’enseigner mais n’ont pu y parvenir. Luc. X, 21—24.

Et il dit: suivez ma loi v[ou]s tous qui vous donnez tant de mal et qui portez vos lourds fardeaux. Chargez-vous du fardeau de ma loi et vous saurez que je suis doux et bon de coeur et vous trouverez le bonheur de votre vie. Car le joug de ma loi est aisé et le fardeau léger. Matt. XI, 28—30.

⟨Et il entra dans une maison, et la foule l'у suivit au point qu’il ne pouvait prendre son repas⟩. Alors ses proches apprenant tout ce qu’il disait vinrent pour le prendre et l’emmener car on disait qu’il était fou. Marc III, 21.

Mais J[ésus] ne se livra pas et alla ailleu[rs]. Et les Juifs poursuivaient J[ésus] et cherchaient à le faire mourir. J. V, 16.

Et les savants venus de Jérusalem disaient: «il prêche le mal. Puisque ce n’est que par le mal qu’il détruit le mal». — Alors J[ésus] leur dit: Si vous dites que c’est par le mal que je détruis le mal, vous dites un non-sens. L’ennemi ne peut pas détruire l’ennemi. Si quelqu’un détruit mon ennemi il n’est plus mon ennemi mais mon ami. Ou bien: Si l’ennemi détruit l’ennemi il se détruit lui-même. Et si vous détruisez votre ennemi vous ne pouvez dire que ce pouvoir soit un mal. Si donc je détruis le mal cela ne peut être que par le bien, l’esprit de Dieu. Et si je détruis le mal par l’Esprit de Dieu, l’esprit de Dieu s’est donc déjà manifesté à vous. — C’est pourquoi il est impossible d’être indifférent à mon enseignement, il faut être avec moi ou contre moi.

951