Страница:L. N. Tolstoy. All in 90 volumes. Volume 24.pdf/954

Материал из Викитеки — свободной библиотеки
Перейти к навигации Перейти к поиску
Эта страница не была вычитана


Car comme le Père a la vie en lui-même, il a donné aussi au fils, à l’esprit de l’homme, la vie en lui-même. [J. V,] 26.

Et il lui a donné la faculté de choisir entre la vie et la mort et de ressu[s]citer des morts. [J. V,] 27, 28.

⟨Dans cette vie un homme peut être mort et revenir à la vie rien qu’en cessant de croire au[x] choses du dehors pour conserver sa vie et en suivant la volonté du Père.⟩

L’homme qui cherche sa vie dans les choses du dehors et matérielles est un homme qui n’a pas la vie. Le même homme, dès qu’il connaît la source de la vie qui est l’esprit de son Père qu’il a en lui, revient à la vie et ressu[s]cite des morts. Celui qui veut conserver sa vie la perd. Matt. XVI, 25.

Et en parlant ainsi [2 неразобр.] J[ésus] s’approcha de la porte des brébis où il y avait un réservoir d’eau miraculeuse. Les gens s’imaginaient que lorsque l’eau se mettait en mouvement c’était un ange qui descendait du ciel et que celui qui se baignerait le premier après le mouvement de l’eau serait guéri de tous ses maux. Et J[ésus] aperçut un homme qui était couché près du réservoir et qui y venait depuis 38 ans et ne pouvait attraper le moment propice pour descendre dans le réservoir. Alors J[ésus] le montra aux Juifs et leur dit: Voilà l’exemple d’un mort qui est dans la vie et qui peut ressu[s]citer par l’esprit. Voyez, cet homme a la force de venir ici depuis 38 ans, il a la force de descendre vers le réservoir, mais il est comme un mort: il n’ a pas la vie même dans le sens ordinaire. Il perd sa vie parce qu’il est dans le mensonge et attend son salut du dehors et ne connaît pas la vérité de la force de l’esprit qui est en lui. S’il en a conscience il sera ressu[s]cité et il vivra. Et alors J[ésus] dit au malade: Ne crois pas au[x] miracles de la guérison qui te viendra du dehors. Ne te tromp[e] plus, lève-toi et emploie les forces que tu as à vivre mais pas à conserver ta vie. Et le malade crut à J[ésus], se leva et se sentit revivre. C’est ainsi que doivent ressusciter tous ceux qui croient que la vie dépend des choses du dehors et ne connaissent la véritable source de la vie qui est l’esprit de l’homme et soumis à la volonté du Père. [J. V, 2—14.]

Et J[ésus] dit: La manière dont les hommes disposent de la faculté de vivre qui leur est accordé[e] par leur Père e[s]t pareille à ceci:

Un propriétaire donne à ses serviteurs une partie de son trésor avec la condition que chacun d’eux travaille pour augmenter

954