Страница:L. N. Tolstoy. All in 90 volumes. Volume 24.pdf/956

Материал из Викитеки — свободной библиотеки
Перейти к навигации Перейти к поиску
Эта страница не была вычитана


Voyez les animaux et les plantes. Le Père donne la vie à tous sans qu’il[s]s’en soucient. Luc. XII, 22—31.

L’homme qui emploie sa vie à conserver sa vie se prive de l’existence; l’homme qui abandonne sa vie à la volonté de Dieu ressu[s]cite à la vraie vie. [Luc. IX, 24.]

Voilà pour l’homme seul. Les hommes, réunis ensemble, sont sujet à la même loi. S’ils veulent conserver leur vie par la propriété, ils la perdent. Et s’ils cessent de la conserver ils y gagnent. Et pour montrer aux hommes que le soutien de leur vie ne dépend pas de ce que chacun a préparé et gardé pour soi, mais dépend de l’amour des hommes entre eux, J[ésus] profita de l’occasion à laquelle des mil[l]iers d’hommes, étant venus de loin, étaient réunis autour de lui dans un endroit désert, — voyant que plusieurs d’entre eux avaient apporté des provisions dans des corbeilles et sachant que ces gens lui obéiraient, J[ésus] dit à l’un de ses disciples: il faut donner de la nourriture à tous ces hommes. Le disciple lui dit: «Comment le faire, nous n’avons que 5 pains et il faudrait une quantité de pain pour nourrir cette multitude». Mais J[ésus] savait ce qu’il voulait faire. Il dit: que tout le monde s’asseye en rond, et il dit à ses dis[c]iples. Commencez par donner aux autres le pain que v[ou]s avez et dites que chacun fasse la même chose. Alors ceux qui avaient des provisions en proposère[nt] à ceux qui n’en avaient pas. Et tous se rassasièrent et il resta 12 corbeilles de provisions. — Alors J[ésus] dit: Vous voyez bien que v[ou]s avez été tous nourris pas par le pain matériel mais par l’esprit — le pain qui vient du ciel. Ne v[ou]s souciez donc pas du pain qui pourrit mais de celui qui ne pourrit pas et qui fait vivre le monde. Voilà le pain qui fait vivre l’homme de la vraie vie en le faisant participer à la vie de ses semblables. J. VI, 1—34.

L’homme pour vivre ne doit pas préparer des nourritur[es] à lui mais doit remplir la volonté de Père qui a voulu la vie de tous. Si chaque homme fait le bien aux autres, les autres lui feront le bien et il aura tout ce qu’il lui faut. J. IV, 31—34.

Parce que la loi de l’homme n’est pas d’être servi par les autes, mais de servir les autres et de donner sa vie pour le bien des autres. Matt. XX, 28, Marc X, 45.

Notre chair et notre sang ne sont que les moyens de servir les autres. Nous devons les sacrifier pour le bien des autres et pour

956